Quels sont les principaux problèmes urinaires du chat ?

L’appareil urinaire du chat est composé de plusieurs parties. En cas de problème urinaire chez un chat, on a coutume de distinguer les affections de l’appareil urinaire supérieur (les reins et les uretères) et les affections siégeant à l’étage inférieur (la vessie et l’urètre).

Quels sont les principaux problèmes urinaires du chat ?

Problèmes urinaires du chat : Quels sont les principales maladies pouvant toucher les reins?

Parmi les nombreuses causes de problèmes urinaires chez le chat, il y a les intoxications, les infections bactériennes ou virales, les calculs urinaires, les tumeurs… Il existe aussi des maladies rénales d’origine génétique, dont la plus fréquente est la maladie polykystique rénale (ou polykystose rénale). Elle concerne surtout le Persan et les races de chats apparentées. Les reins du chat sont alors porteurs de très nombreux kystes qui grossissent avec l’âge.

Autre problème urinaire chez le chat : le vieillissement. Le vieillissement du chat s’accompagne en fait d’une dégénérescence progressive du fonctionnement rénal.

Qu’est-ce qu’une néphrite ?

Une néphrite est une maladie inflammatoire qui touche les reins. Si votre chat souffre de ce problème urinaire, ne le prenez pas surtout pas à la légère. La pyélonéphrite est une forme très grave de néphrite : du pus est alors présent dans les reins. La pyélonéphrite peut être la conséquence d’une infection urinaire plus basse (ex : cystite), qui est progressivement monté dans les reins.

Lors d’infection rénale, les agents responsables peuvent se diffuser dans tout l’organisme, provoquant alors une septicémie potentiellement mortelle pour le chat.

Maladie rénale chez le chat : quels sont les symptômes ?

Avec ce problème urinaire chez le chat, tout dépend de la vitesse d’évolution de la maladie.

Lors d’une maladie aiguë (ex : intoxication ou infection bactérienne), l’état général du chat est très altéré. La diminution brutale de la filtration du sang par les reins provoque un syndrome urémique : l’urée devient toxique car elle n’est plus éliminée normalement dans l’urine. Ce problème urinaire peut rapidement faire tomber le chat dans le coma.

Quand la maladie rénale évolue lentement, le chat peut vivre longtemps normalement mais il arrive toujours un stade où apparaissent les symptômes d’insuffisance rénale : le chat boit et urine plus que d’habitude, il devient léthargique, perd l’appétit, maigrit… Avec un taux d’urée trop élevé dans le sang, le chat peut présenter des lésions buccales (ulcères, gingivite).

Que faire pour prévenir la hausse du taux d’urée dans le sang ?

Avec ce problème urinaire chez le chat, véritable maladie chronique, le taux d’urée augmente tardivement. A ce stade, les traitements sont peu efficaces. En revanche il est très utile de faire surveiller le fonctionnement rénal d’un chat quand il prend de l’âge, avant que n’apparaissent les symptômes d’insuffisance rénale.

Des analyses régulières permettent d’évaluer le fonctionnement rénal du chat et d’adapter le régime alimentaire. Le vétérinaire vous indiquera le type d’alimentation qui convient le mieux à votre chat.

Si le chat présente un risque de polykystose rénale, il existe un test permettant de savoir si le chat est porteur du gène de la maladie. Si c’est le cas, un suivi vétérinaire sera indispensable pendant toute sa vie pour surveiller l’évolution de la maladie.